Images d’une pensée sauvage

Notre première mission : rappeler aux habitants du village de Saint-Hilaire-la-Palud aux problématiques environnementales bien présentes dans cette zone humide fragile. Ce petit village de caractère situé au cœur du Parc Naturel Régional du Marais Poitevin est réputé pour son engagement écologique. Soutenu par des bénévoles déterminés, notamment dans la réhabilitation du lieu d’exposition, cet événement a eu lieu du 18 au 27 août 2012, grâce à l’aide précieuse de la Mairie de Saint-Hilaire-la-Palud, la Mairie de Sansais ainsi que les habitants qui animent ces petites communes.

Ce lieu d’exposition avait pour origine le rôle de grange
agricole. À l’abandon depuis plusieurs années, nous avons entamé de longs travaux de rénovation, en s’attachant à utiliser les techniques traditionnelles afin de conserver au maximum l’essence du lieu. S’inscrire dans un espace, tout en en respectant l’altérité, façonner sans dénaturer sont des modes de présentation mis en valeur par notre collectif.

Images d’une pensée sauvage est le fruit d’une réflexion commune autour d’un territoire. Une discussion s’opère entre l’art et l’environnement. Il s’agit alors de fabriquer et de proposer dans le même mouvement, un dialogue entre les territoires artistiques, environnementaux et sociaux. De ces allers et retours, émergent alors de nombreuses analogies, les frontières s’écroulent. Lorsque se croisent les dimensions plastiques, philosophiques et politiques, les interdépendances et les invisibilisations, tombent, elles se déconstruisent.
L’objectif est de mettre en lumière une nouvelle mythologie du vivant et du monde, susceptible alors de les faire cohabiter ainsi que les territoires qui s’offrent à elles·eux.

Loin d’être évident, le choix d’un lieu d’exposition se doit d’être ajusté aux propositions qui y seront montrées. Le diagnostic collectif est dans un premier temps nécessaire pour que la plupart de nos membres fabriquent des œuvres dont le propos est intimement attaché au territoire. Que ce soit dans les regards portés sur l’histoire maraîchine que dans des pièces faisant écho aux enjeux environnementaux.
La mise à disposition de la grange à Saint-Hilaire-la-Palud au cœur du marais sauvage constitue donc un lieu destiné à accueillir Bruit Contemporain. Par ailleurs, choisir d’exposer in-situ s’accompagne d’une réflexion profonde sur les choix d’accrochages et de médiations.